Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks

Tumeurs cérébrales - quelques éléments pédiatriques

Révision de 6 mai 2014 à 15:20 par Nanash (discussion | contributions) (Page créée avec « Représentent ~22% des néos de l'enfant (après les leucémies [~29%]). 2-5 tumeurs cérébrales/ 10^5 enfant/ an. Pronostic dépendant principalement de l'histo mais global... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Représentent ~22% des néos de l'enfant (après les leucémies [~29%]). 2-5 tumeurs cérébrales/ 10^5 enfant/ an. Pronostic dépendant principalement de l'histo mais globalement médiocre.

 

Particularités par rapport aux tumeurs cérébrales de l'adulte : topographie (plus grande fréquence des tumeurs de la fosse post), histologie (prédominance des astrocytomes, médulloblastomes, épendymomes et tumeurs primitives neuro-ectodermiques), thérapeutique (cerveau en croissance → éviter RXth avant 2-4 ans, limitation max des séquelles chir),…

 

CLINIQUE

 

  • Signes d'HTIC (masse, œdème, hydrocéphalie) : céphalée tumorale, troubles digestifs (N+/ V+, anorexie,… éventuellement avec d+ abdos), troubles visuels  (++ diplopie avec strabisme convergent par atteinte du VI, diminution de l'AV,…), troubles de la conscience

o   Cas particulier du nourrison : les manifestations de l'HTIC sont tardives (crâne extensif), on rencontre par contre : augmentation rapide du périmètre crânien, fontanelle ant élargie/ tendue/ bombante, yeux en coucher de soleil, disjonction des sutures

  • Faux-torticolis persistant (tumeur de la fosse post / moelle cervicale)
  • Crises E : ! ~25% des tumeurs cérébrales de l'enfant s'accompagnent de crises E mais seul 1% des crises E révèlent une tumeur cérébrale ! Les plus fréquentes sont les crises partielles complexes

o   Un CT cérébral s'impose devant une crise E chez l'enfant (hormis l'E à paroxysme rolandique et l'épilepsie généralisée primaire de type petit mal absence)

o   Une crise E avec "crise de rire" doit faire évoquer un hamartome hypothalamique

  • Déficits focaux :

o   Tumeurs sous-tentorielles → sd cérébelleux (astrocytomes du cervelet, tumeurs ddu IVème ventricule,…), hydrocéphalie et/ou atteinte des paires crâniennes et des voies longues (tumeurs du tronc)

o   Tumeurs sus-tentorielles → déficits moteurs/ sensitifs/ cognitifs

  • Signes ophtalmo : liés à l'HTIC, chute de lAV sur compression du nerf optique, hémianopsie bitemporale sur compression du chiasma, HLH sur compression d'une bandelette, sd de Parinaud sur tumeur de l'aqueduc de Sylvius,…

o   La survenue d'un déficit visuel sur tumeur supra-sellaire constitue une urgence thérapeutique

  • Signes endocriniens : puberté précoce/ hypogonadisme (10% d'origine tumorale,++ pour le garçon, ++ tumeurs thalamiques [gliomes du chiasma/ hamartomes hypothalamiques/ astrocytomes hypothalamiques/ pinéalomes ectopiques] et tumeurs pinéales [pinéalomes, tératomes]), cassure de la courbe de croissance (mode de révélation classique du craniopharyngiome), diabète insipide (tumeurs sellaires post), sd de cachexie diencéphalique (= hyperphagie + amaigrissement + hyperactivité initiale, rare, ++ tumeurs hypothalamiques)

 

EXAMENS COMPLEMENTAIRES

 

L'intérêt de la RX du crâne est aujourd'hui très limité.

  • CT-scan CEREBRAL + PC

o   Reste indispensable du fait de sa rapidité d'obtention par rapport à l'IRM. ! nbx FN !

  • IRM CEREBRALE + GADO

o   Indispensable pour le bilan diag et pour le suivi en l'absence de CI

  • ANGIOGRAPHIE CEREBRALE

o   Indication à discuter selon type de tumeur/ aspect à l'IRM/ topo. Intérêt principal : évaluer l'opportunité d'une embolisation néo-adjuvante

  • ECHOGRAPHIE

o   Utile au diag chez le nourrisson (mais une IRM reste indispensable même en cas d'écho négative…) et en perop  (repérage)

  • BIOPSIE STEREOTAXIQUE

o   A discuter au cas par cas : mortalité de 0,2-2,6% (++ piqûres vasculaires), 1-10% de FN

  • PL (ou ponction ventriculaire si signes d'HTIC)

o   Principalement indiquée pour les tumeurs ventriculaires/ sous-arachnoïdiennes (récidive/ envahissement méningé ?) +- pour certaines tumeurs pinéales (dosage de l'α-FP, β-hCG,…)

+- Bilan d'extension variable selon clinique/ topo/ histo

 

PARTICULARITES THERAPEUTIQUES

 

Variables selon l'histo/ topo/ âge. A discuter entre pédiatre, chir et RXlogue

  • Chir : réduction carcinologique, réduction de la PIC, biopsie stéréotaxique
  • RXth : en complément de la chir/ seule, pour les tumeurss malignes, réduire au max les indications si < 4 ans
  • Chth : à discuter en complément de la chir ou de la RXth selon l'histo
  • Embolisation néo-adjuvante pour les tumeurs très vascularisées
  • Greffes de moelle à discuter en cas de récidive de tumeurs malignes

Wikimedecine est réalisé dans un but non lucratif et ne dépend d'aucun subside. Sa réalisation a été faite sur fonds propres qui ne suffisent cependant plus à assumer ses frais de fonctionnement sans recourir à la publicité. Pour cette raison, nous demandons à nos lecteurs qui estiment utile qu'il perdure et s'améliore de nous aider au travers de dons ou de l'achat de livres du site.
Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks
Suivez le site
Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter Suivez nous sur dailymotion
Partagez l'article
Partagez l'article sur Facebook