Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks

Des noirauds, de Reynders et d'un cadavre

Didier Reynders en "noiraud"

Ce dix-huit mars, France 2 s'émouvait d'une de nos traditions à laquelle participait notre ministre des Affaires Etrangères MR (parti libéral) et ancien ministre des Finances, Didier Reynders : le cortège des "noirauds". Cette tradition, perpétuée par une société secrète très élitiste, remonte au XIXème siècle où des Bourgeois bruxellois prirent l'initiative de se grimer en nègres pour défiler dans nos rues avant de faire la quête pour diverses oeuvres de charité. Un acte d'une remarquable générosité. Oui. Notre ministre, auteur de deux "amnisties fiscales" pour les fonds expatriés dans des paradis fiscaux et grand contempteur de l'action sociale publique, est très charitable.

 

Le joyeux cortège des noirauds de Bruxelles

Nos bourgeois actuels nous prétendent qu'y voir malice ne serait que pure mauvaise foi. Que se grimer en noir n'est destiné, comble de la générosité, qu'à les rendre anonymes. Aucun rapport avec l'Afrique. Ces anonymes nous l'expliquent sur nos écrans de télévision avec leurs noms incrustés en médaillon. Que cette tradition remonte à l'époque où la Belgique lorgnait sur le Congo, riche en mains à couper, ne les perturbe pas. Qu'ils brandissent à hauts cris des symboles racistes dont une tête de nègre sur une pique affublée d'un anneau nasal pas plus. Quant au fait que les Noirauds mangent des éclairs à la... banane (en vente uniquement chez Eclairs et Gourmandises à Uccle), il s'agit évidemment d'un pur hasard.

 

Les "Noirauds" mangent bien sûr des bananes. Y voir un symbole raciste serait pure calomnie nous disent-ils...

"Y a pas mort d'homme" me dira-t-on... C'est vrai. Tout comme lorsque Monsieur Reynders travaillait à enfoncer Molenbeek dans la communautarisation en plein parlement. Tout comme lorsqu'il stigmatisait à diverses occasions les minorités colorées. Des "non-événements" me diront même certains... Non, c'est vrai, "y a pas mort d'homme".

 

Jean-Luc dans la salle d'attente de l'abri avant de s'en voir refuser l'accès

Au fait... Un homme est mort. Dans la très bourgeoise Namur, le sept mars. Jean-Luc, il paraît. La presse ne lui a pas donné de nom. Un Sans Domicile Fixe d'une cinquantaine d'années qui avait frappé à la porte de l'abri de la ville. Abri qu'on lui a refusé, alors que des lits étaient libres, sous prétexte que le règlement communal ne permet ordinairement qu'un quota de 45 nuitées par an aux SDF hors périodes de grand froid. Il avait épuisé son quota et il ne faisait pas "grand froid", seulement - 2°C. Il s'est donc endormi devant la porte de l'abri. Il est mort dans la nuit d'hypothermie malgré les efforts de médecins de garde. Devant la porte d'un abri à moitié vide. De par l'attitude inhumaine d'un fonctionnaire ayant appliqué un règlement malheureux.

 

Ce règlement a été adopté par la majorité communale... Cdh-MR-ECOLO. Pas Front National, Vlaams Belang ni même N-VA. Non. Une majorité de braves "démocrates humanistes", "libéraux réformateurs" et "écologistes". Comme moi, vous pensez tout d'abord que ce drame résulte de contraintes budgétaires. La faute "à pas de chance". La "crise mondiale, tout ça". Comme moi, vous doutez. Quel montant est-il donc nécessaire pour réunir la cinquantaine de paillasses nécessaire à assurer des nuits à l'abri d'un hangar pour la cinquantaine de SDF de Namur toute l'année durant et sans mettre en place des quotas ?

 

Maxime Prévot, bourgmestre de Namur

Mais le doute se mue en consternation lorsque le bourgmestre namurois Maxime Prévot nous apprend que ce règlement a été adopté pour "pousser les sans-abris à se réinsérer et de ne pas faire de l'abri de nuit un hôtel social perpétuel". Oui. Ca a été pensé et mûrement réfléchi. Nos édiles ont considéré que faire dormir des miséreux sur des pavés les amènerait à "se prendre en mains". Le règlement "malheureux" se transforme en règlement criminel. Nos élus ne sont bien sûr pas de cet avis : "la ville n'a rien à se reprocher" nous affirme-t-on. Et là, vous pensez... Ou autre chose si vous êtes plus poli que moi. Et dans l'instant qui suit, votre colère cède la place à une immense tristesse et vous pensez aux 17.000 Belges sans abris (estimation de la FEANTSA de 2012)...

 

On aimerait que Monsieur Prévot passe une nuit sur des pavés à - 2°C. Cela lui permettrait peut-être de se reprendre en mains.

 

On aimerait que Monsieur Reynders cesse de faire des petites blagues xénophobes et de se grimer en nègre pour la galerie et, en lieu et place, travaille à unir ses concitoyens comme son serment l'y engage. On aimerait qu'il cesse de faire la charité devant les caméras tout en imaginant autant "d'amnisties fiscales" que de moyens de détricoter l'action sociale publique et travaille plutôt à donner leur sens aux mots "solidarité nationale".

Auteur(s)

Shanan Khairi, MD

Mars 2015


Publié dans Agoravox le 19/03/2015.

Wikimedecine est réalisé dans un but non lucratif et ne dépend d'aucun subside. Sa réalisation a été faite sur fonds propres qui ne suffisent cependant plus à assumer ses frais de fonctionnement sans recourir à la publicité. Pour cette raison, nous demandons à nos lecteurs qui estiment utile qu'il perdure et s'améliore de nous aider au travers de dons ou de l'achat de livres du site.
Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks
Suivez le site
Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter Suivez nous sur dailymotion
Partagez l'article
Partagez l'article sur Facebook