Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks

Paralysies diaphragmatiques : Différence entre versions

(Eléments thérapeutiques)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
== Etiologies ==
 
== Etiologies ==
<p style="text-align: justify">'''Les plus fréquentes&nbsp;: iatrogènes et traumatiques.''' Les autres sont très rares (atteinte du nerf phrénique par infiltration néo) ou exceptionnelles. On peut les classer en&nbsp;:</p>
+
{{Modèle:Pub}}<p style="text-align: justify">'''Les plus fréquentes&nbsp;: iatrogènes et traumatiques.''' Les autres sont très rares (atteinte du nerf phrénique par infiltration néo) ou exceptionnelles. On peut les classer en&nbsp;:</p>
 
*'''Iatrogènes '''(chir cervicale/ thoracique/ cardiaque, pose de voie centrale, embolisation d'une artère bronchique, RXth médiastinale, manipulations cervicales, concommitant à un étirement du plexus brachial)
 
*'''Iatrogènes '''(chir cervicale/ thoracique/ cardiaque, pose de voie centrale, embolisation d'une artère bronchique, RXth médiastinale, manipulations cervicales, concommitant à un étirement du plexus brachial)
 
*'''Traumatiques '''(cervical/ thoracique/ médullaire au dessus de C6)
 
*'''Traumatiques '''(cervical/ thoracique/ médullaire au dessus de C6)
Ligne 33 : Ligne 33 :
 
**Plicature diaphragmatique chirurgicale, ++ si unilat
 
**Plicature diaphragmatique chirurgicale, ++ si unilat
 
**Pacing des nerfs phréniques&nbsp;: rarement pratiqué, envisageable dans les cas sévères sur lésions médullaires hautes sans atteinte du nerf phrénique, uniquement par centres spécialisés
 
**Pacing des nerfs phréniques&nbsp;: rarement pratiqué, envisageable dans les cas sévères sur lésions médullaires hautes sans atteinte du nerf phrénique, uniquement par centres spécialisés
 +
== Auteur(s) ==
  
----
+
[[Utilisateur:Nanash|Shanan Khairi]], MD
 
+
{{Modèle:Catégorie|Pneumologie}}{{Modèle:Catégorie|Neurologie}}
Auteur&nbsp;: Shanan Khairi, MD
 

Version actuelle en date du 25 février 2016 à 00:07

Etiologies

Les plus fréquentes : iatrogènes et traumatiques. Les autres sont très rares (atteinte du nerf phrénique par infiltration néo) ou exceptionnelles. On peut les classer en :

  • Iatrogènes (chir cervicale/ thoracique/ cardiaque, pose de voie centrale, embolisation d'une artère bronchique, RXth médiastinale, manipulations cervicales, concommitant à un étirement du plexus brachial)
  • Traumatiques (cervical/ thoracique/ médullaire au dessus de C6)
  • Tumorales : ++ néo bronchique, atteintes radiculaires C3-C5 sur neurofibromatose
  • Infectieuses : VZV, Lyme, Diphtérie, mononucléose, cicatrisation post-Tbc/ empyèmes
  • Atteintes du SNC : AVC (++ capsulaires), Parkinson, SEP, SLA, Sd post-poliomyélite (++ > 30 ans après)
  • Atteintes du SNP : Guillain-Barré, CIDP, Parsonage-Turner, Sd des Ac antigangliosides
  • Atteintes de la jonction neuro-musculaire : syndromes myasthéniques, botulisme
  • Myopathies : Duchenne, Becker, Steinert, dystrophies progressives,…
  • Pathos systémiques : LED, Sjögren, Poly/dermatomyosites, sarcoïdose
  • Toxiques : Pb, CO, prograf,…
  • Cervicarthrose C3-C5
  • Dysthyroïdies

Principaux DD : "faiblesses" diaphragmatiques fonctionnelles < dénutrition sévère, insuffisance cardiaque, âge avancé, corticothérapie,…

Clinique

Peu spécifique : dyspnée d'effort (++ unilat), orthopnée (++ bilat), respiration paradoxale, mobilisation des muscles respis accessoires,… Généralement peu symptomatique. Eventuels signes étiologiques : dysphonie (atteinte du récurrent par tumeur ?),…

Examens complémentaires

Le meilleur examen pour confirmer une suspicion clinique ou radiologique d'une paralysie diaphragmatique est une Rxscopie.

Systématiques :

  • BIOL : Hb glyquée, TSH et T4, FAN, ANCA, Ac antigangliosides – anti-GM1 et anti-MAG – (+- sérologies VZV, borrelia)
  • EFR
    • Syndrome restrictif
    • CV en décubitus dorsal habituellement diminuée de > 25%, diag exclu si valeur N
  • CT-THORAX
  • La RX thorax (élévation coupole) est très peu Se/Sp
  • EMG

D'autres examens ne se justifient que selon la présence de signes cliniques évocateurs à l'examen clinique/ examens complémentaires systématiques : IRM cervicale, dosages d'Ac anti-Rach, IRM cérébrale, PL,…

Prise en charge thérapeutique - Traitements

  • ETIOLOGIQUE rarement possible (ABth, Ig IV, plasmaphérèse, chir,…)
  • SYMPTOMATIQUE dans les cas sévères :
    • VNI, ++ nocturne
    • Plicature diaphragmatique chirurgicale, ++ si unilat
    • Pacing des nerfs phréniques : rarement pratiqué, envisageable dans les cas sévères sur lésions médullaires hautes sans atteinte du nerf phrénique, uniquement par centres spécialisés

Auteur(s)

Shanan Khairi, MD