Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks

Urétrites (MST)

Les urétrites correspondent à une inflammation de l'urêtre. Elles sont caractérisées cliniquement par des mictalgies, une irritation du méat +- écoulement purulent +- hypogastralgies chez la femme (coexistence possible d'une cervicite et/ ou vaginite). Le plus souvent infectieuse et de transmission sexuelle (y compris bucco-génitale ++).

Agents étiologiques

A noter que les co-infections (++ chlamydia et gonocoque) sont très fréquentes (20 à 40% des cas).

  • Gonocoque (neisseria gonorrheoae)
    • Chez l'homme :
      • Typiquement aiguë avec écoulement purulent jaunâtre/ verdâtre et dysurie +- pharyngite, rectite. Les porteurs sains sont exceptionnels.
      • Risque d'abcès péri-urétraux, ochiépididymite, prostatite, septicémie (+- polyarthrite, ténosynovites, lésions cutanées pustuleuses,…) en l'absence de traitement
    • Chez la femme :
      • Souvent pauci- ou asymptomatique
      • Complications possibles en l'absence de traitement : extension loco-régionale (PID), septicémie, stérilité, malformations fœtales en fin de grossesse
  • Chlamydia trachomatis
    • Portage asymptomatique très fréquent (~ 5% des jeunes adultes)
    • Urétrite typiquement avec écoulement clair et peu douloureux, gène à la miction, cervicite ou vaginite chez la femme.
    • Complications : orchi-épididymite, prostatite, stérilité, PID, accouchements prématurés, grossesse extra-utérine
    • Manifestations extra-génitales possibles : pharyngite, rectite, conjonctivite, lymphogranulome vénérien (ulcération ou inflammation de la muqueuse génitale au site d'inoculation), syndrôme de Fitz-Hugh-Curtis (péri-hépatite), arthrites,…
  • Mycoplasma genitalium
    • Encore mal connu (serait responsable de jusqu'à 20 à 25% des urétrites ???)
  • Trichomonas vaginalis
    • Rarement responsable d'urétrites chez l'homme (cf cervico-vaginites pour la femme). en occident.
  • Ureplasma urealyticum
  • Non identifié (20-30%)

Prise en charge thérapeutique - Traitements

  • Si écoulement urétral → diagnostic d'urétrite certain → frottis de l'écoulement (examen direct + cultures) si possible + PCR urinaire gonocoque et chlamydia
  • Si absence d'écoulement : tigette urinaire
    • Leucocytes estérases ou nitrites positifs → examen microscopique des urines
    • Leucocytes estérases et nitrites négatifs → PCR urinaire gonocoque et chlamydia +- frottis endo-urétral (examen direct + culture)
  • Traitement empirique : couvrir au minimum les gonocoque et chlamydia → ceftriaxone 1 g IM (spectinomycin 2 g IM en cas d'allergie) 1 dose + azithromycine 1 g 1 dose (si lymphogranulome vénérien : doxycycline 100 mg 2 x/ jour durant 21 jours)
    • En cas de suspicion de gonococcémie (dermatite, arthrites, synovites,...) : ceftriaxone 1 g 1 x/ jour IV, relais PO selon antibiogramme et évolution clinique
  • Traitement des germes peu fréquent après identification :
    • Trichomonas vaginalis : metronidazole 2 g, 1 dose

Auteur(s)

Shanan Khairi, MD

Wikimedecine est réalisé dans un but non lucratif et ne dépend d'aucun subside. Sa réalisation a été faite sur fonds propres qui ne suffisent cependant plus à assumer ses frais de fonctionnement sans recourir à la publicité. Pour cette raison, nous demandons à nos lecteurs qui estiment utile qu'il perdure et s'améliore de nous aider au travers de dons ou de l'achat de livres du site.
Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks
Suivez le site
Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter Suivez nous sur dailymotion
Partagez l'article
Partagez l'article sur Facebook