Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks

Reflux gastro-oesophagien (RGO)

Le reflux gastro-oesophagien (RGO) correspond à un reflux trop important et/ ou prolongé de liquide gastrique dans l'œsophage responsable de symptômes (extra)-digestifs et d'œsophagite peptique. Il s'agit d'une affection très fréquente et généralement bénigne (répercussions fonctionnelles). Son incidence diminue avec l'âge bien que celle de l'œsophagite peptique augmente. ~ 30% de la population présente > 1 épisode mensuel de RGO, ~ 5% > 1 épisode quotidien. L'œsophagite peptique concerne quant à elle ~ 2% de la population.

Facteurs favorisants et aggravants : hernie hiatale, anomalies du sphincter oesophagien inférieur (SOI), augmentation de la pression abdominale, certains médicaments (β-bloquants, nitrés, anti-calciques, théophylline), grossesse, obésité, chirurgie mobilisant le cardia, sonde gastrique, décubitus prolongé, anomalies du péristaltisme œsophagien (diabète, sclérodermie), gastroparésie, insuffisance salivaire.

Clinique

  • Pyrosis et brûlures rétro-sternales ++ postprandiale/ au décubitus/ à certains aliments (fruits acides, café, alcool, repas gras).
  • Dysphagie/ odynophagie (20%), signe de gravité si progressive
  • Complications d'œsophagite peptique : anémie par carence martiale, ulcérations, HH digestive haute. Rares : sténoses, œsophage de Barret et cancérisation
  • Signes atypiques : pneumopathies récidivante, aggravation d'un asthme, toux, enrouement, laryngite, paresthésies pharyngées, d+ rétro-sternale intense à irradiation dorsale et dans les mâchoires (écarter coronopathie!),…

Diagnostic

  • Clinique suffisant dans la plupart des cas
  • OGD : n'est utile que pour diagnostiquer et grader une œsophagite peptique. Systématique si > 50 ans
    • Indiquée uniquement en cas de signes d'alarme :
      • anémie/ amaigrissement/ dysphagie progressive/ V+/ échec du tt ou récidive précoce/ apparition ou aggravation récente chez un > 50 ans
  • pH-métrie de 24h + OGD = examen de référence (Se ~ Sp ~ 90%). Pas d'antisécrétoire pdt 1 sem !!
    • Indiquée uniquement en cas de signes atypiques à rapporter à un RGO
  • manométrie œsophagienne, RX, scinti : très rarement utiles

Prise en charge thérapeutique - Traitements

Les prokinétiques et les anti-H2 sont à éviter (efficacité limitée, ES importants)

  • Hygiéno-diététique : tête de lit surélevée, pas de repas avant de se coucher, perte de poids si obésité, éviter les aliments aggravants
  • Formes légères :
    • Symptômes ponctuels: Anti-acides au coup par coup (vs essai IPP ½ doses)
    • Symptômes fqts/ identification de facteurs déclenchants : IPP par périodes de 1-2 semaines
  • Formes modérées – sévères :
    • IPP 1-3 mois
      • Déterminer le mode de tt d'entretien selon les symptômes :
        • À la demande si récidives occasionnelles
        • De façon continue en cas de récidives fréquentes
          • En cas d'impossibilité prolongée d'interruption du tt à pleine dose →  chir (fundiplicature) pour les patients jeunes sans co-morbidité
  • Formes compliquées :
    • Sténose peptique :
      • IPP à pleine/ double dose
      • Dilatations endoscopiques selon dysphagie
      • En cas d'échec du tt : chirurgie
    • Œsophage de Barret : idem que pour les sténoses peptiques mais d'autres possibilités (électrocoagulation/ laser/ phototh des métaplasies) sont en cours d'évaluation quant à leur efficacité dans la prévention du cancer.

Auteur(s)

Shanan Khairi, MD

Wikimedecine est réalisé dans un but non lucratif et ne dépend d'aucun subside. Sa réalisation a été faite sur fonds propres qui ne suffisent cependant plus à assumer ses frais de fonctionnement sans recourir à la publicité. Pour cette raison, nous demandons à nos lecteurs qui estiment utile qu'il perdure et s'améliore de nous aider au travers de dons ou de l'achat de livres du site.
Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks
Suivez le site
Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter Suivez nous sur dailymotion
Partagez l'article
Partagez l'article sur Facebook