Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks

Neurofibromatose de type 2

La neurofibromatose de type 2 est une maladie héréditaire de transmission autosomique dominante due à des mutations inactivant le gène suppresseur de tumeur NF2 (chromosome 22). Son incidence est de ~ 1/ 1.300.000 habitants/ an et sa prévalence de ~1/ 100.000 habitants.

Le diagnostic est généralement porté chez l'adulte jeune (âge moyen de 17 à 22 ans).

Critères diagnostiques

Les critères diagnostiques de Manchester, essentiellement clinico-radiologiques, sont actuellement utilisés. Ils établissent le diagnostic en cas de présence d'un des critères suivants :

  • Schwannome vestibulaire bilatéral
  • Un apparenté au premier degré ayant une neurofibromatose de type 2 + 1 item parmi :
    • 1 schwannome vestibulaire unilatéral
    • 2 éléments parmi : méningiome, schwannome, gliome, neurofibrome, opacités lenticulaires sous-capsulaires postérieures
  • Schwannome vestibulaire unilatéral + 2 items parmi :
    • Méningiome, shwannome, gliome, neurofibrome, opacités lenticulaires sous-capsulaires postérieures
    • 2 méningiomes + 1 item parmi :
      • 1 schwannome vestibulaire unilatéral
      • 2 éléments parmi : schwannome, gliome, neurofibrome, cataracte

Par ailleurs, on considère également un critère génétique : il est admis de considérer tout porteur de la mutation NF2 comme atteint, quelque soit l'expression phénotypique.

Eléments clinique

  • Mode de présentation habituel : hypoacousie (présente chez 60%, ++ unilat), acouphènes, troubles de l'équilibre
  • Mode de présentation des formes à début pédiatrique (+ sévères) : les 1ers signes sont généralement en rapport avec une tumeur autre qu'un schwannome : ++ aN visuelles sur méningiome de la gaine des nerfs optiques/ hamartomes rétiniens

Tumeurs

Schwannomes vestibulaires (présents bilatéralement dans 85-100%, unilat dans 0-6%, généralement multifocaux)

→ acouphènes, hypoacousie (généralement unilat progressive). Plus rarement : troubles de l'équilibre/ sensations vertigineuses aux changements de position de la tête, syndrome cérébelleux cinétique, tableau d'HTIC (hydrocéphalie). Les formes évoluées peuvent entraîner un risque de compression du cervelet/ tronc.

Autres schwannomes

Peuvent se développer sur la gaine de n'importe quel nerf. En intracrânien, les localisations les plus fqtes sont les nerfs vestibulaires > trijumeau. Des scwhannomes multiples de la queue de cheval sont très évocateurs d'une NF2. Les scwhannomes des troncs nerveux périphériques peuvent se révéler par des syndromes douloureux ou compressifs.

Méningiomes intracrâniens (45 à 58%)

Fréquents et svt multiples, ++ asymptomatiques. Peuvent se révéler par un tableau d'HTIC, déficits focaux, crises E. A noter qu'on décrit également des "tumeurs mixtes" = "tumeurs de collision" = rencontre de contingents de méningiomes et de schwannomes, ++ au niveau de l'angle ponto-cérébelleux.

Ependymomes de bas grade

Généralement asymptomatiques. Localisations préférentielles : tronc et moelle cervicale haute. ! progression possible vers la malignité !

Tumeurs rachidiennes (25-95%)

Des tumeurs rachidiennes multiples, généralement bénignes, svt asymptomatiques, sont fréquentes :

  • Lésions intramédullaires (++ en cervical) : ++ épendymomes, (astrocytomes, schwannomes)
  • Lésions extramédullaires : ++ schwannomes, (méningiomes)
  • Lésions au niveau de la queue de cheval : ++ schwannomes des racines lombaires/ sacrées

Manifestations ophtalmologiques

Cataracte corticale et postérieure sous-capsulaire à début précoce (présente dans 38 à 81% des cas), rarement symptomatiques. AN plus rares mais plus à risque d'évolution vers une cécité : hamartomes rétiniens, gliomes du disque optique/ des membranes épirétiniennes, méningiomes de la gaine des nerfs optiques.

Manifestations cutanées (64-70%)

De nbses lésions peuvent être observées. Les plus fréquentes sont :

  • "tumeurs en plaque" très Sp : intracutanées, surélevées, hyperpigmentées, excès de pilosité
  • Nodules sous-cutanés profonds palpables sur le trajet des troncs nerveux (schwannomes des nerfs périphériques) → DD = neurofibromes de la NF1
  • Des taches café au lait sont présentes dans ~50% des cas mais alors bcp moins nbses que dans la NF1

Neuropathies périphériques (cliniques chez 47%, électromyographiques chez 67%)

Neuropathies axonales (+- composante démyélinisante), +++ sur schwannomes des nerfs périphériques (mais 6% de neuropathies non tumorales).

Bilan complémentaire à visée diagnostique

  • IRM AVEC INJECTION DE GADO CEREBRALE ET SPINALE
  • BILAN AUDIOVESTIBULAIRE
    • Audiométrie tonale et vocale après tympanoscopie, PEA, épreuves caloriques
  • BILAN OPHTALMO
    • AV, FO, lampe à fente
  • RECHERCHE DE MUTATION NF2

Diagnostic différentiel

  • Diag difficile dans les formes pédiatriques : présentation atypique, délai avant de remplir les critères
  • Schwannomatose (jamais de schannomes vestibulaires !), méningiomatoses (pas d'autres aN !)
  • Survenue de 2 schwannomes vestibulaires sporadique : exceptionnel

Pronostic, suivi et principes thérapeutiques

Survie moyenne jusqu'à ~62 ans. Facteurs de mauvais pronostic : âge précoce de diag (< 20 ans), présence de méningiomes intra-crâniens. La majorité des patients deviendront sourds en cours d'évolution. La survenue de paralysies faciales ou de troubles sévères de la vue n'est pas rare.

Surveillance clinico-radiologique min 1x/an à vie. Principe général : ne traiter que les lésions symptomatiques ou en croissance rapide ou présentant un risque compressif (ex : schwannomes vestibulaires de diamètre > 3cm dans l'angle ponto-cérébelleux)/ mécanique. Certains conseillent cependant une chir prophylactique pour les schwannomes vestibulaires (opérer de petites tumeurs → préserver l'audition, minimiser le risque de paralysie faciale)… autres options : radiochir et RXth fractionnées (pas encore d'EBM valable → à réserver chez les patients présentant des formes très sévères/ au pronostic vital défavorable/ chir impossible).

ES post chir d'un schwannome vestibulaire = paralysie faciale. NB : envisager la pose d'un implant auditif du tronc dès la résection du 1er schwannome vestibulaire (favorise l'éducation ortophonique). Un implant cochléaire peut être envisagé en cas de conservation anatomique du n. VIII et  de persistance d'une réponse auditive à la stimulation électrique de la cochlée.

Dépistage de tous les enfants des malades (risque = 50%) : 1ère IRM à max 10 ans puis 1x/ 2 an jusqu'à 20 ans puis 1x/3 ans.

Auteur(s)

Shanan Khairi, MD

Wikimedecine est réalisé dans un but non lucratif et ne dépend d'aucun subside. Sa réalisation a été faite sur fonds propres qui ne suffisent cependant plus à assumer ses frais de fonctionnement sans recourir à la publicité. Pour cette raison, nous demandons à nos lecteurs qui estiment utile qu'il perdure et s'améliore de nous aider au travers de dons ou de l'achat de livres du site.
Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks
Suivez le site
Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter Suivez nous sur dailymotion
Partagez l'article
Partagez l'article sur Facebook