Myopathies héréditaires - dystrophies musculaires

Les dystrophies musculaires représentent un ensemble cliniquement très hétérogène de maladies dégénératives héréditaires du muscle (altération primaire des fibres musculaires), éventuellement associées à d'autres lésions (cristallin, myocarde, endocrines, os, SNC,…).

Clinique

Clinique commune

  • faiblesse + amyotrophie, ++ à prédominance proximale (ceintures) (! Parfois distal tel que dans Steinert)  (! Possible "pseudo-hypertrophie", présente dans 90% des Duchenne)
  • absence de troubles sensitifs (différence avec les atteintes neurogènes)
  • absence de fasciculations (différence avec les atteintes neurogènes)
  • disparition de la réponse idiomusculaire (différence avec les atteintes neurogènes)

Symptômes particuliers

Dystrophie

Début et sexe

Hérédité

Atrophie

Autres lésions

Pronostic

Myopathie de Duchenne

1-6 ans

Hommes

 

1/ 3500 bébés

Liée à X

Ceintures

+ m. axiaux

Svt pseudo-hypertrophie

Myocarde

Insuff. Respi

Scoliose

Retard mental (40%)

À < 12 ans: chaise roulante

A < 20 ans: décès

Existe une forme bénigne (Becker)

Facio-scapulo-humérale

12-20 ans

Autosomal dominant

Face + ceinture scapulaire puis ceinture pelvienne et jambes

Cyphose

Hyperlordose

Handicap modéré

Durée de vie ~N

Myopathie des ceintures

20-40 ans

Autosomal dominant (/récessif)

Ceintures, parfois asymétrique

Myocarde rare même si fqtes anomalies ECG

Très variable!

Mais ++ en chaise roulant à < 40 ans

Maladie de Steinert (dystrophie myotonique de type I)

++ ados / jeunes adultes < 40 ans

 

5/100.000

Autosomal dominant

Myotonie, ++ aux mains, apparaît en 1er!! Puis faiblesse

Cataracte, calvitie, atrophie gonadique, retard mental, cœur/poumons

Évolution lente

Maladie de Thomsen (myotonie congénitale) rare

Premières années de vie

Autosomal dominant (/récessif)

Myotonie

Pseudo-hypertrophie

 

Peu invalidante

Durée de vie ~N

Syndrome myotonique = persistance de la contraction musculaire après une stimulation mécanique ou un effort volontaire (++ aux mains). Ex: maladies de Steinert, de Thomsen.

Etiopathogénies

Anomalies d'un complexe membranaire d'attachement à la matrice extraC

ex: Dystrophie de Duchenne (déficit en dystrophine).

→ faiblesse de la mbrane → lésion lors des mvts → entrée de calcium → mort de la cellule

Concerne surtout les dystrophies touchant les ceintures.

Maladie de Steinert

Expansion de triplets CTG (chr. 19) → phénomène d'anticipation.

Probable toxicité de l'ARNm muté.

Myopathies liées à des maladies mitochondriales

→ caractéristique commune : ophtalmoplégie externe progressive.

Examens complémentaires

Electromyographie

→ potentiels d'unité motrice brefs, de bas voltage, svt polyphasiques

Syndrome myotonique → idem mais en rafales

Biologie

→ augmentation des enzymes musculaires (CPK, aldolases, GOT, GPT, déshydrogénase lactique)

Biopsie musculaire

Si nécessaire. On peut observer:

  • dégénérescence +- nécroses
  • îlots de régénération
  • augmentation du tissu conjonctif (pseudo-hypertrophie)
  • +- des aspects typiques de certaines dystrophies

Tests génétiques

Pour la dystrophine (Duchenne, Becker), la maladie de Steinert (expansions CTG),… Intérêt réduit (pas de tt), à peser au cas par cas au sein d'un conseil génétique.

Diagnostic différentiel

  • Syndrome myotonique → paramyotonie congénitale? (myotonie apparaissant au froid +++)
  • Myopathies métaboliques, polymyosites chroniques, neuropathies périphériques, forme juvénile d'une maladie du motoneurone inférieur
  • !!! Atrophie musculaire cortisonique (grave et fqt !!! Secondaire à une corticoth de longue durée)

Prise en charge thérapeutique - Traitements

Il n'existe pas de tt efficace !

Une corticoth semble pouvoir ralentir la myopathie de Duchenne.

Un syndrome myotonique est parfois amélioré par la quinine (300-600 mg/j), la procaïnamide (2-6g/j), la diphénylhydantoïne (300mg/j).

Soutien psy, kiné et encourager une activité physique raisonnable.

Auteur(s)

Dr Shanan Khairi, MD

Help us to share medical knowledge for free