Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks

Maladie de Behçet

La maladie de Behçet est une vasculite primaire à prédominance lymphocytaire ou polynucléaire selon l'âge des lésions, touchant les vaisseaux de tout calibres mais préférentiellement les petits vaisseaux. 

Il s'agit d'une maladie rare dont la prévalence varie de 0,1 à 7,5/ 100.000 habitants en Europe à 80 à 370/ 100.000 en Turquie. Elle débute préférentiellement entre 20 et 30 ans. La mortalité est très faible (atteintes cardiaques et vasculaires, perforations intestinales) mais le pronostic fonctionnel se dégrade rapidement (++ séquelles cumulatives des atteintes neurologiques et ophtalmologiques).

Son étiologie est inconnue, supposée multifactorielle (prédisposition génétique, virus, toxiques, hormones,…). Certains la considèrent comme une spondylarthropathie séronégative.

Clinique

Evolue par poussées irrégulières, sans parallélisme entre les lésions cutanéo-muqueuses et viscérales. Des états inflammatoires francs / fièvre sont rares. Le pronostic est conditionné par les atteintes oculaires et neurologiques.

Atteintes articulaires (5-70%)

++ précoces (qq années avant les autres atteintes), ++ arthralgies/ oligoarthrites fixes des grosses articulations rarement destructrices, récidivantes et asymétriques. Rx (quasi)-N, ponctions → liquide visqueux inflammatoire. Possibles kystes poplités dont la rupture est difficile à différencier d'une TV ! Description des cas d'ostéonécroses (mais secondaire à corticoth ?). Des lombalgies avec raideur pseudopottique peuvent être l'expression d'un anévrisme Ao / thrombose de la VCI !

Association décrite à de véritables spondylarthrites ankylosantes.

Atteintes musculaires

+++ myalgies diffuses / proximales. Cas décrits de véritables myosites. Biopsie montre une dégénérescence des fibres musculaires et une infiltration par des cellules mono/polynucléées. Les CK sont habituellement normales → si élevées, discuter une myopathie versus une rhabdomyolyse iatrogène sur colchicine.

Atteintes cutanéo-muqueuses (quasi 100%)

A rechercher systématiquement, indispensables pour le diag. Parfois tardives

  • Aphtes buccaux (98%) : ulcérations douloureuses isolées/ multiples, bords nets, tapisée d'un enduit "beurre frais", pourtour inflammatoire
  • Aphtes génitaux (60-65%). Chez l'homme : bourses > verge > urêtre. Femme : vulve, vagin. Laissent des cicatrices dépigmentées.
  • Aphtes sur œsophage, estomac, intestin, marge anale… cause exceptionnellement de perforations.
  • Divers : érythème noueux, papules, vésicules, pustules, purpura, pseudo-folliculite, hyperréactivité aux agressions de l'épithélium

Atteintes oculaires

→ poussées récidivantes d'inflammation endo-oculaires avec destruction rétinienne progressive. Bilatéralisation fréquente, en 2 ans en moyenne. Uvéite ant à hypopion, uvéite postérieure très fqte (vasculites occlusives et nécrosantes, HH, œdème rétinien, néovascu pré-rétinienne), aphte conjonctival, épisclérite, kératite.

Evolution généralement sévère → cataracte, hypertonie oculaire, cécité (50% des cas dans les 5 ans) par atteinte du segment post.

Atteintes neurologiques (4-42% des cas, ++ vers 40-50 ans)

Très variables. Peuvent survenir dans le contexte d'une maladie floride, après un sevrage thérapeutique inapproprié, après qq années d'évolution de lésions cutanéo-muqueuses aspécifiques,… et rarement être inaugurales (→ problème diag majeur !). Légère prédominance masculine.

Les signes neurologiques peuvent être précédés/ accompagnés d'inconstantes céphalées/ fièvre… et comportent :

  • Céphalées (83%)
  • Atteintes des nerfs crâniens (33%) : POM, V, VII, VIII
  • Syndrome pyramidal (33%) avec ou sans déficit (hémi/mono/paraplégie)
  • Troubles sensitifs (25%) subjectifs/ objectifs
  • Œdème papillaire bilat (21%)
  • Syndrome cérébelleux (21%)
  • Troubles de la déglutition (4%), incontinence (4%), dysarthrie (4%), ophtalmoplégie internucléaire (4%), névrite optique rétrobulbaire (4%)
  • Troubles psychiatriques (13% ! DD difficile avec ES d'une corticoth / tr psy réactionnels)

Les principales atteintes neuro sont :

  • Atteintes méningo-parenchymateuses (60-80% des manifestations neuro)
    • Lésions : inflammatoires avec méningo-encéphalite et infiltrations périvasculaires témoignant de la vasculite / foyers de nécroses autour de vaisseaux de moyens et petits calibres témoignants de la thrombose vasculaire / altérations neuronales avec discrètes démyélinisation et gliose
    • L'IRM et la PL sont peu Sp
  • Thromboses veineuses cérébrales plus rares (jusqu'à 30% des formes neuro dans certaines séries), diag difficile (fréquents symptômes d'HTIC spontanément résolutifs), à évoquer systématiquement face à des céphalées/ déficits neuros fluctuants ou mal systématisés/ convulsions/ troubles visuels avec œdème papillaire
  • Angio-Behçet avec atteinte des artères cervico-encéphaliques très rare, l'atteinte des petites artères est exceptionnelle
  • Atteintes du SNP (exceptionnel) : VII et VIII, PNP des MI

Atteintes vasculaires

Très variées (DD d'un tableau vasculaire floride = Sd des Ac antiphospholipides → à écarter systématiquement par une biol, tout comme les anticardiolipines, résistance à la protéine C).

  • Thromboses veineuses (30% des patients) : TVS (++ fugaces et migrantes), TVP (! Fréquement les gros troncs : ilio-fémoraux, VCI/S ! thromboses des veines sus-hépatiques = sd de Budd-Chiari), TVC. Moins emboligènes que les TV idiopathiques.
  • Atteintes artérielles : thromboses, anévrismes à haut risque de rupture

Atteintes pulmonaires

++ infiltrats parenchymateux +- hémoptysies +- pleurésies. Exclure systématiquement une EP, un anévrisme des art pulm ou une surinfection favorisée par les tts.

Atteintes cardiaques

Rares. Myocardites (! arythmies), endocardites (! valvulopathies Ao/ Mi, thrombus endocavitaires), péricardites (svt récédivantes ! associations à des coronopathies), coronopathies (anévrismes et thromboses → risque d'infar / hémopéricarde / mort subite).

Atteintes gastro-intestinales

Tableaux similaires à la RCUH ou au Crohn

Atteintes diverses

  • Rénales : exceptionnelles. Glomérulopathies prolifératives/ amyloïdes.
  • Testiculaire/ épididymaire/ urétrale

Diagnostic

Le diag est essentiellement clinique, les examens complémentaires sont peu Se/ Sp :

  • Biol : hyper leucocytose à PNN durant les poussées, aN de la fibrinolyse, facteur VIII élevé, complexes immuns circulants, cryoglobulinémie
  • Ophtalmo (FO + angio fluo)
  • Biopsie cutanée d'une intradermo au sérum phy → vasculite avec dépôts de complément
  • En cas de poussées neuro :
    • PL → habituelle méningite lymphocytaire + hyperprotéinorachie
    • IRM → hypersignaux T2 (hypo T1) diffus (très évocateurs si confluents en de larges plages vers le TC/ diencéphale/ noyaux gris) persistants à moyen terme bien que s'atténuant. Possibles lésions vasculitiques punctiformes hyper en T2.
  • Examens angiographiques (CT/IRM/conventionnelle) en cas de manifestations vascu

Critères diags internationaux de 1990 (Se 91%, Sp 96%) :

Ulcérations orales récurrentes, récidivant > 3 x sur 12 mois + 2 critères parmi :

  • Ulcérations génitales récurrentes
  • Lésions oculaires (uvéite/ vasculite) objectivées par ophtalmo
  • Lésions cutanées (érythème noueux/ lésions papulo-pustuleuses/ nodules acnéiformes)
  • Pathergy-test positif (lu à 24-48h post ponction cutanée avec aiguille 21G) – peu Se

! Le Behçet est à évoquer systématiquement face à une TV chez un jeune sans FR identifié.

Prise en charge thérapeutique - Traitements

Colchicine (1-2mg/j) + antiagrégation (160 mg/j) : pour les formes mineures (articulaires, cutanéo-muqueuses)

Corticothérapie :

  • Indications : formes oculaires, formes neurologiques, autres atteintes si grave
    • Eventuellement locale si uvéite ant
    • Bolus d'attaques (1g/j de solumédrol sur 3h durant 3-5j) si forme grave/ évolutive
    • Commencer à 1mg/kg/j durant 6 sem puis à diminuer de 10% / sem
    • ! risque de rechute important au sevrage → maintenir une dose d'entretien (5-10 mg/j) et prévenir les complications d'une corticoth au long cours
  • + anticoagulation si atteinte des vaisseaux prédominante (ex : TVC !) ! potentialise l'ostéoporose cortisonique

Immunodépresseurs :

  • ! Risque oncogène → pour les atteintes majeures / sévères
  • Permettent un sevrage cortisonique mais à distance (latence d'action !)
  • Azathioprine 2,5mg/kg/j
  • Cyclophosphamide 2mg/kg/j PO ou 750-1000mg IV 1x/mois
  • Chlorambucil 0,1-0,2mg/kg/j
  • Méthotrexate 7,5mg en 3 prises PO 1x/sem

Utilisation controversée du disulone et thalidomide. Plasmaphérèses, Ig IV, interférons, ABth → rien de démontré

Auteur(s)

Shanan Khairi, MD

Wikimedecine est réalisé dans un but non lucratif et ne dépend d'aucun subside. Sa réalisation a été faite sur fonds propres qui ne suffisent cependant plus à assumer ses frais de fonctionnement sans recourir à la publicité. Pour cette raison, nous demandons à nos lecteurs qui estiment utile qu'il perdure et s'améliore de nous aider au travers de dons ou de l'achat de livres du site.
Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks
Suivez le site
Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter Suivez nous sur dailymotion
Partagez l'article
Partagez l'article sur Facebook