Intoxication au mercure

Liquide à l’air ambiant (fusion à 39°C). Formes : métal (toxicité ++ par inhalation des vapeurs) et méthylé/ organique (toxicité ++ par ingestion). Les vapeurs de Hg sont plus lourdes que l’air, très toxiques, inodores, incolores, non irritantes, se disséminant très facilement (à décontamination difficile).

Origines

  • Nature et alimentation : eau et algues à bioaccumulation dans les poissons
  • Médical : amalgames en dentisterie
  • Tabagisme
  • Industries, pesticides, mines

Formes physiques et organes cibles

MERCURE METAL

MERCURE METHYL/ ORGANIQUES

½ vie sanguine courte (1-2j)

è Prélever en fin de travail (dosage urinaire)

Elimination urinaire, ½ vie urinaire de 60j

Accumulation dans les reins

½ vie sanguine de 2-3 mois

Elimination biliaire avec cycle entéro-hépatique

Organe cible : REINS

Organe cible : SYSTEME NERVEUX

Clinique

Les 1er signes sont svt : paresthésies, perturbation de la vision, malaise général.

  • Atteintes rénales : IRA progressive commençant par une protéinurie puis atteinte tubulaire
  • SNC et SNP :
    • Symptômes neuros : élocution difficile, baisse des champs visuels, altération de l’écriture, démarche altérée, tremblements et myoclonies
      • + polynévrite sensitivo-motrice
      • Très évocateur : tremblements précoces de la bouche, des doigts, des paupières
    • Symptômes psys : troubles de l’humeur et du sommeil, hallus

Selon le mode d'intoxication :

  • Intoxication aiguë
    • Bouche : stomatite ulcérative avec saignements = pathognomique
    • Hypersalivation
    • Goût de métal en bouche
    • Tremblements précoces (++ bouche, doigts, paupières)/ athétose
    • Insuffisance rénale aiguë (IRA)
    • Choc
  • Intoxication chronique
    • Liseré mercurique gingival
    • Reflet brunâtre du cristallin avec vision perturbée (++ couleurs)
    • Perte des dents
    • Hypothyroïdie
    • Tendance à l’alopécie
    • Atteinte auditive
    • +- acrodynie (tuméfactions douloureuses, démangeaisons, sudation, troubles cardiovasculaires/ nerveux/ digestifs) chez l’enfant, allergies, tératogénicité.

Examens complémentaires

  • Dosage du Hg sanguin (Hg total, Hg méthyl, Hg métal) et urinaire (Hg métal en chronique)
  • Protéinurie (marqueur d’atteinte rénale)
  • Test DMPS pour démasquer une intoxication chronique (utilisé notamment pour les amalgames dentaires) : administration de DMPS à chélation du Hg à mobilisation des dépôts à augmentation des concentrations urinaire et sanguine

Prise en charge thérapeutique - Traitements

  • Symptomatique en aigu
  • Chélation par DMPS ou DMSA

Auteur(s)

Dr Shanan Khairi, MD