Intoxication aiguë aux anticholinergiques

  • Clinique du syndrome anticholinergique
    • Syndrome atropinique : mydriase aréactive, bouche sèche, face rouge, rétention urinaire, hyperthermie, tachycardie sinusale, parole bredouillante
    • Encéphalopathie associant agitation, confusion, hallus, convulsions
    • Intoxs graves → coma, collapsus, insuffisance respi, hyperthermie maligne
  • Traitement
    • Décontamination digestive précoce (charbon activé), sonde urinaire, correction des troubles hydroélectriques
    • Si agitation / convulsion → benzos (JAMAIS de neuroleptiques !), intubation si convulsions répétées
    • Hyperthermie → enveloppement humide (glaçage)
    • Encéphalopathie / tachycardie sinusale → utilisation controversée de la physostigmine

Auteur(s)

Dr Shanan Khairi, MD