Intoxication aiguë à la chloroquine

  • Clinique :
    • Sévérité proportionnelle à la dose ingérée (danger à > 3g, décès en l'absence de tt si > 5g)
    • Intox définie comme grave si dose ingérée > 4g ou TAS < 100mmHg ou QRS > 0,12sec ou arythmie
    • Le risque vital est principalement conditionné par les manifestations cardio-vasculaires mais l'intensité des signes digestifs et neuro-sensoriels ont valeur d'alarme
    • Signes digestifs (V+, diarrhée), neuro-sensoriels (troubles de la vue, acouphènes, vertiges, céphalées, agitation, troubles de la conscience, convulsions), cardiovasculaires (effet stabilisateur de membrane, risque significatif d'asystolie ou fibrillation ventriculaire précoce et brutale), respiratoires (hypoxie plurifactorielle, favorise les arythmies), hydro-électriques (hypoK, acidose lactique)
  • Traitement :
    • Absence de signe de gravité :
    • Charbon activé si dans l'heure et patient conscient → surveillance USI sous monito
    • Formes graves :
      • Transfert USI mais débuter dès que possible :
        • Adrénaline IV 0,25µg/kg/min IV au pousse seringue augmentée par paliers de 0,25µg/kg/min et adaptée à la TA
        • Diazépam 2mg/ kg IV en 30 min puis 2-4mg/ kg/ 24h
        • Intubation et ventilation mécanique (éviter le thiopental, favoriser l'étomidate)
        • Lactate de Na molaire en perfusion si QRS > 0,16 sec
        • Envisager assistance circulatoire périphérique si résistance au tt médical
        • Après tout ça : charbon activé

Auteur(s)

Dr Shanan Khairi, MD