Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks

Ictère

Un ictère correspond à une coloration jaunâtre des téguments sur augmentation de la bilirubinémie. La bilirubinémie est normalement < 20 µmol/ l, un ictère étant généralement apparent cliniquement pour une bilirubinémie > 40 µmol/ l. Dans sa forme frustre, il ne peut être apparent qu'au niveau des sclères oculaires (les plus clairs des téguments).

Etiologies

Ictères à bilirubine non conjuguée (indirecte)

  • Augmentation de la production de bilirubine
    • Anémie hémolytique (compensées ou non par une augmentation de l'érythropoïèse médullaire)
    • Hématome
    • Infarcissements
  • Diminution de la capture ou du stockage hépatique et diminution de la conjugaison de la bilirubine
    • Status post-hépatite
    • Iatrogène
    • Syndrome de Crigler-Najjar (néo-natal, grave, exceptionnel)
    • Syndrome de Gilbert (non pathologique)
    • Ictière néo-natal physiologique

Ictères à bilirubine conjuguée (directe)

  • Défaut d'excrétion de la bilirubine conjuguée : syndrome de Rotor ou de Dubin-Johnson
  • Nécrose cellulaire
    • Hépatites virales et toxiques (alcool, paracétamol, CCl4, métaux lourds, tétracyclines, vitamine A, valproate,…)
    • Cirrhose
  • Cholestase intra-cellulaire
    • Iatrogène
    • Cirrhose biliaire
    • Sepsis
  • Obstruction biliaire
    • Lithiase cholédocienne
    • Tumeurs (++ cancers) des voies biliaires, du pancréas, papillome du sphincter d'Oddi
    • Cholangite sclérosante

Clinique, diagnostic différentiel, complications, symptômes associés et orientation étiologique

Le diagnostic différentiel d'un ictère comprend les autres causes de coloration jaunâtres des téguments : consommation de certains aliments (végétaux riches en pigments rouges ou oranges), iatrogène (fluorescéine,...). Certaines pathologies se caractérisent par ailleurs par une coloration anormale des téguments habituellement facilement discernable d'un ictère : Addison et hémochromatose (coloration "bronzée", hyperpigmentée), maladie de Wilson (coloration "grisâtre"),...

L'ictère peut s'accompagner de divers signes à valeur étiologique :

  • Orientant vers une cholestase hépato-biliaire :
    • Prurit, urines foncées, selles claires
    • Présence de douleurs → obstructif ? → imagerie en urgence
    • Absence de douleurs ou douleurs discrètes → hépatopathies ? → biologie en urgence (bilan hépatique, PT, sérologies virales)
    • Frissons ou fièvre → angiocholite ?
  • Splénomégalie → oriente vers une hypertension portale sur cirrhose ou une hémolyse
  • Orientant vers une pathologie intrahépatique (cirrhose ?) :
    • Angiomes stellaires, érythème palmaire, ascite

Certaines complications ou étiologies nécessitant des soins urgents sont à rechercher systématiquement :

  • Encéphalopathie hyperbilirubinémique (présumée sur toxicité de la bilirubine non conjuguée, ++ nouveaux nés)
  • Angiocholites
  • Insuffisance hépato-cellulaire aiguë (la survenue d'une encéphalopathie hépatique étant un signe d'une extrême gravité)
  • Décompensation cirrhotique

Examens complémentaires

Ictère.png

  • Biologie : formule-hémogramme, VS, CRP, GOT (++ si alcool), GPT (+ Sp), PAL, GGT, bilirubine (totale, directe et indirecte), albumine (diminuée en cas d'ictère hépato-cellulaire), PT
    • Hyperbilirubine non conjuguée (hémolyse ?) → réticulocytes, haptoglobine, LDH
      • Tests hémolytiques, éventuelle ponction de moelle
    • Hyperbilirubine conjuguée avec échographie négative (cholestase intrahépatique ?) → sérologies hépatites A/B/C, FAN et anticorps anti-muscles lisses (hépatite auto-immune), facteur anti-mitochondrial (cirrhose biliaire primitive), fer/ ferritine/ Saturation Tf (hémochromatose, α-1-antitrypsine)
  • Imagerie :
    • Echographie abdominale = Gold Standard
    • CT-scan, IRM et/ ou cholangiographie rétrograde endoscopique éventuellement en seconde intention
  • Ponction-biopsie à envisager en cas de cholestase intrahépatique

Particularités du sujet âgé

Nette prédominance des ictères à hyperbilirubinémie conjuguée, ++ sur cholestase extrahépatique (cholédolithiases, tumeurs pancréatiques ou des voies biliaires). Evoquer une néoplasie si : > 65 ans, asthénie, amaigrissement, absence de fièvre +- prise de toxiques, dégradation de l'état général, épigastralgies

Traitements - Prise en charge thérapeutique

Voir les articles spécifiques détaillés quant aux différents traitements étiologiques. De manière générale, le plus souvent, les ictères aigus sur affections intra-hépatiques (hépatite virale ou médicamenteuse) ne nécessitent pas de traitement autre que symptomatique alors que les ictères aigus sur affections extra-hépatiques nécessitent le plus souvent un traitement endoscopique (antibiothérapie préalable en cas de cholangite aiguë).

Traitement des maladies hépatiques cholestatiques chroniques (cirrhose biliaire primitive, cholangite sclérosante primitive,…) :

  • Prurit → colestyramine ou colestipol 4 g avant + après petit-déjeuner (max 16 g/ jour) + antihistaminique
  • Carences vitaminiques : vitamine A et D (100000 UI/ mois), vitamine K (10 mg/ mois) en IM
  • Acide ursodésoxycholique 10-15 mg/ kg/ jour

Sténose maligne des voies biliaires → à discuter en multidisciplinaire, généralement soins palliatifs avec endoprothèse (à changer en cas d'obstruction, survenant généralement tous les 2 à 3 mois).

Ampullome malin → à discuter en multidisciplinaire, généralement essai de Whipple.

Auteur(s)

Shanan Khairi, MD

Wikimedecine est réalisé dans un but non lucratif et ne dépend d'aucun subside. Sa réalisation a été faite sur fonds propres qui ne suffisent cependant plus à assumer ses frais de fonctionnement sans recourir à la publicité. Pour cette raison, nous demandons à nos lecteurs qui estiment utile qu'il perdure et s'améliore de nous aider au travers de dons ou de l'achat de livres du site.
Découvrez nos livres et ebooksDécouvrez nos livres et ebooks
Suivez le site
Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter Suivez nous sur dailymotion
Partagez l'article
Partagez l'article sur Facebook